La Bâtie - Festival de Genève - 2010


Panier d'achat

PRÉSENTATION

L’édition de La Bâtie 2010 offre un fastueux plateau de théâtre, danse et musique où chaque discipline enrichit ses voisines, se nourrit aussi des arts visuels, parfois jusqu’à la fusion totale.
Une Fenêtre sur l’Afrique, une section BO (ou quand la musique s’invite dans la création théâtrale ou chorégraphique) et Alain Platel en invité spécial. Le Gantois présentera un hommage décalé à Pina Bausch avec sa nouvelle chorégraphie Out of Context - for Pina, un spectacle poignant sur les multiples vies des travestis avec Gardenia (co-mise en scène avec Frank Van Laecke), une rencontre avec le public, un atelier avec sa compagnie les ballets C de la B, et un film documentaire Passion – Last Stop Kinshasa

FENÊTRE SUR L'AFRIQUE

Bonne nouvelle, le grand continent noir est sort de ses clichés. Depuis quelques années, l’Afrique change, et vite. Elle se développe et se réinvente, elle montre ses métamorphoses et nous étonne. Loin de toute image folklorique, la Bâtie montre une création artistique africaine noire et maghrébine autonome, définitivement affranchie de toute complexe colonial et tiers-mondiste. Du puissant rap marocain aux éblouissantes performances visuelles et théâtrales de William Kentridge avec la Handspring Puppet Company, en passant par les étoiles de la chorégraphie contemporaine congolaise, le festival révèle une scène encore méconnue – elle ne le restera plus longtemps.

BANDE ORIGINALE
Ils se concentrent sur la musique des mots, réécrivent des partitions, reproduisent des spectacles historiques en les réinventant, détournent les genres pour leur donner un sens nouveau. Que ce soit avec la musique classique, le punk ou la variété, tout une gamme de spectacles plonge cette année ses racines dans la musique pour inventer de nouvelles formes et construire un propos. Jean-Claude Gallotta met Gainsbourg en danse avec la voix de Bashung. D’autres réinterprètent Saint-Saëns ou Patrick Juvet. Des promesses de résurrection.

MEDIAS-MIXTES
Des spectacles situés aux confluents des arts de la scène, des technologies nouvelles ou des techniques mixtes. Que ce soit avec de la terre et de l'eau pour mieux parler aux enfants, avec des grandes marionettes de bois que l'on associe à des dessins projetés pour mieux brouiller les repères visuels, avec des joysticks et des avatars informatiques pour mieux décortiquer notre société ou, comme Pierrick Sorin que l'on retrouve cette année en metteur en scène de sa vie d'artiste, à grand renfort de petits trucages et d'effets magiques. Des spectacles inventifs et protéiformes, on en redemande.  

A La Bâtie, il y aura également un regard ironico-amoureux sur l’Eurovision par Massimo Furlan, une mise en théâtre du jeu vidéo par Stefan Kaegi & Helgard Haug, une version punk des danses africaines par Faustin Linyekula, la nouvelle création du Canadien Benoît Lachambre sous influence de Meg Stuart, les Français de Syd Matters en ouverture de tournée pour présenter leur tout dernier album, Arnaud Fleurent-Didier et ses textes tranchants, le déconcertant Jimi Tenor en fusion afrobeat avec le trio de Kabu Kabu, un concert rencontre unique et inédit entre Tété et Hell’s Kitchen ou les délicats danois Under Byen : avec plus de 40 spectacles, le programme expose les grandes tendances de la scène contemporaine d’ici et d’ailleurs...

MINI-BÂTIE
Certains spectacles s'adressent avant tout aux tout-petits. D'autres se voient dès les premiers frimas de l'adolescence ou se regardent en famille pour le bonheur detoutes les générations. Dans sa section réservée à la gente enfantine, la Bâtie enrichit son spectre avec des productions pour tous âges. Pour s'y retrouver,un logo ludique signale clairement le public de prédilection. Quant au Minitoba, toujours plébiscité, pas de catégorie : il suffit d'avoir des oreilles pour entendre et un corps pour danser.

LE MANITOBA & LE TAMPOPO

C'est désormais une tradition : La Bâtie de l'après-spectacle se vit sur deux espaces festifs. Un coin gourmet avec le Tampopo, restaurant lounge cool etclassieux tenu comme l'année dernière par l'Ecole hôtelière de Genève. Une piste désaltérante et dansante avec le Manitoba, ouvert les soirs de week-end et la veille du jeûne genevois, avec djing de la mort et surprises musicales par tonnes. Rhâââ lovely.

MySQL: 0.0033 s, 1 request(s), PHP: 0.0419 s, total: 0.0453 s, document retrieved from cache.